Premier anniversaire de la trêve conclue à la suite de la « guerre des quatre jours »

Il y a un an, les hostilités qui s’étaient déroulées du 2 au 5 avril 2016 au Haut-Karabagh et qui avaient endeuillé les populations de la région, s’interrompaient. En sa qualité de coprésidente du Groupe de Minsk, la France s’était mobilisée, avec ses partenaires russe et américain, pour obtenir l’arrêt des combats et la reprise des négociations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

La France réitère sa conviction que le statu quo actuel au Haut-Karabagh n’est pas tenable et qu’il ne peut y avoir d’issue militaire au conflit. Elle appelle les parties à respecter les engagements pris lors des sommets de Vienne du 16 mai 2016 et de Saint-Pétersbourg du 20 juin 2016, à savoir le respect du cessez-le-feu, la mise en place de mesures de confiance et la reprise des négociations.

Comme l’a rappelé le président de la République lors de ses récents entretiens à Paris avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais, la France demeure pleinement engagée pour que soit apportée à ce conflit une solution négociée et durable, au bénéfice de la stabilité et de la prospérité de l’ensemble de la région.

Dernière modification : 05/04/2017

Haut de page