Ukraine - Intervention de Mme Roger-Lacan, ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l’OSCE

Conseil Permanent du 19 janvier 2017
Intervention de Mme Roger-Lacan, ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l’OSCE

M. le Président, j’ai l’honneur de parler au nom de l’Allemagne et de la France.

Nous remercions les Ambassadeurs Sajdik et Apakan pour les éléments qu’ils viennent d’adresser au Conseil permanent, pour leur engagement personnel et celui de leurs équipes, et nous réitérons notre plein soutien à la mission spéciale d’observation en Ukraine et au Représentant spécial de la présidence en exercice pour l’Ukraine et du Groupe trilatéral de contact.

Les conditions de vie dans le Donbass en ce début d’année 2017 sont préoccupantes : la sécurité est volatile, la situation humanitaire est dégradée, et le contexte économique est très difficile. Nous regrettons qu’il n’ait pas été possible de réaliser plus de libérations de prisonniers au nouvel an et appelons les parties à donner d’urgence un signal positif sur cette importante question humanitaire.

La mise en œuvre des accords de Minsk est la seule voie possible pour une résolution du conflit. C’est sans relâche que la France et l’Allemagne, à tous les niveaux, continueront de déployer leurs meilleurs efforts diplomatiques en 2017 dans le cadre du format Normandie. L’Ambassadeur Sajdik et les coordinateurs des groupes de travail, qui ne ménagent pas leurs efforts, sont récompensés, nous devons l’avouer, par des progrès bien lents dans la mise en œuvre de ces accords. Le cessez-le-feu à l’occasion de Noël n’a que partiellement été mis en oeuvre et nous continuons de constater des violations du cessez-le-feu préoccupantes.

Or, sans un cessez-le-feu durable, il sera difficile de faire avancer le processus politique. Les prochaines étapes, feuille de route, réforme, élections et sécurité doivent être travaillées avec patience et persistance, et nous nous y attachons encore et toujours. Il est important d’achever le désengagement militaire dans les trois zones pilotes de Zolote, Petrivske et Staniska Luhanska. Il est essentiel aussi d’identifier de nouvelles zones de désengagement. De même, des progrès dans le processus politique sont attendus. Nous comptons sur chacune des parties au conflit pour engager leurs meilleurs efforts dans cette perspective.

Les observateurs de la mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine effectuent un travail formidable dans des conditions qui, nous le savons, sont extrêmes. Ils s’engagent personnellement, chaque jour, au péril de leur sécurité et nous les en remercions vivement. La mission spéciale d’observation est une mission novatrice pour l’OSCE, et nous soulignons l’importance de la doter des moyens financiers et technologiques nécessaires. Dans le même temps, il est important que la mission, qui existe depuis trois ans, soit fondée sur une structure rationnelle et fonctionnelle, pour être pleinement opérationnelle, en se dotant notamment d’un échelon managérial intermédiaire. Nous précisons également qu’il est essentiel que la mission dispose d’une expertise dans le domaine de la gestion et de l’analyse d’information.

Nous tenons de même à saluer le personnel de la mission d’observation à la frontière russo-ukrainienne. A cet égard, nous soulignons la nécessité d’assurer l’extension de son mandat, et nous appelons les Etats participants à ne pas entraver sa prolongation pour des raisons indépendantes du sujet.

Nous soutiendrons tous vos efforts, Messieurs les Ambassadeurs, pour une résolution du conflit en Ukraine.

Dernière modification : 19/01/2017

Haut de page