Intervention de l’Ambassadrice Véronique ROGER-LACAN le 14 juillet 2017

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres, chers collègues de l’OSCE, chers amis,

Ce jour de fête nationale, qui malheureusement depuis le 14 juillet dernier après l’attentat de Nice symbolise aussi désormais le deuil, je souhaiterais partager trois messages avec vous.

Mon premier message est un message sur la France, et pour la France. Le 14 juillet, c’est la France diverse, tolérante, terre d’accueil mais aussi combattante, que nous célébrons. Celle qui a formé et engagé nombreux d’entre nous, militaires, diplomates, magistrats et autres métiers, à promouvoir ces valeurs à l’étranger, au-delà de nos frontières.

Mon deuxième message est adressé aux équipes formidables avec lesquelles j’ai la chance de travailler.

L’équipe de la représentation permanente de la France à l’OSCE pour commencer. Vous savez, ils savent je l’espère, toute l’estime et l’admiration que je leur porte, et que j’ai pour chacun d’eux. Ils connaissent ma formule, je la répète : un ambassadeur sans équipe n’est pas un ambassadeur, mais une équipe sans ambassadeur n’en est pas une non plus. Alors, une fois de plus, à tous, à chacun, merci, bravo, et continuons à défendre ensemble les valeurs de la France et celles de l’OSCE.

Ensuite je souhaite mentionner l’équipe des trois ambassadeurs qu’avec François Saint-Paul, Jean-Louis Falconi et leurs collaborateurs, nous formons aussi. Comme d’autres Etats, la France fait le choix de placer trois ambassadeurs auprès de l’Autriche et des institutions qu’elle accueille. C’est un signe d’engagement auprès de ce que l’Autriche promeut.

Enfin, je souhaiterais remercier ici les Français en poste à l’OSCE qui représentent autant que nous, et avec talent et engagement, la France.

Mon troisième et dernier message porte sur l’OSCE. L’organisation est à la croisée des chemins. Peut-être la crise se termine-t-elle, nous en aurons la confirmation mardi 18 juillet à midi lorsque la procédure de silence pour la nomination des quatre postes à responsabilité de l’OSCE aura expiré. En toute hypothèse je souhaiterais remercier la présidence autrichienne de l’OSCE, et les présidences allemande sortante et italienne entrante, pour tout leur engagement dans cette négociation.

Néanmoins, l’atmosphère reste tendue depuis l’annexion illégale de la Crimée, la crise dans le Donbass, et la persistance des conflits en Moldavie, en Géorgie et dans le Haut-Karabakh. Elle l’est aussi depuis les trop nombreux questionnements sur le mandat et le fonctionnement des institutions dites « autonomes », et depuis la fermeture d’un certain nombre de missions de terrain. Sachez que la France ne cèdera en rien sur les valeurs qu’elle porte dans chaque organisation internationale et à l’OSCE, qu’elle en fera la promotion jusqu’au bout, tout en recherchant, avec la bonne volonté indispensable dans les négociations multilatérales, un terrain d’entente avec l’ensemble de nos collègues.

Je vous salue tous, vous remercie d’être avec nous, de l’amitié que vous nous manifestez chaque jour ici à Vienne et à l’OSCE, et vous assure de la nôtre, de la mienne./.

Dernière modification : 17/07/2017

Haut de page