La France mobilisée pour l’Ukraine à l’OSCE

En réponse à la situation en Ukraine, le Conseil permanent de l’OSCE a adopté le 21 mars un mandat pour le déploiement d’une mission spéciale d’observation dans ce pays qui pourra atteindre 500 observateurs civils et est chargée à la fois d’observer la situation de sécurité et de contribuer à la stabilité de l’Ukraine.

Ce déploiement a été engagé sans délai, une centaine d’observateurs internationaux se trouvant désormais déployés à l’est et au sud du pays avant l’arrivée d’observateurs supplémentaires. Cette initiative est un pas important pour contribuer à la désescalade.

La France, pleinement mobilisée depuis le début de la crise ukrainienne, a soutenu activement la négociation du mandat de la mission. Elle contribue d’ores et déjà pour 400000 euros au financement extra-budgétaire de cette importante initiative et mettra à disposition de l’OSCE une dizaine d’observateurs dont 7 sont déjà déployés sur le terrain. Elle soutient l’extension de cette mission et son déploiement effectif sur l’ensemble du territoire de l’Ukraine.

Par ailleurs, au titre du « document de Vienne » sur les mesures de confiance et de sécurité dans l’espace OSCE, la France avait déjà envoyé, au mois de mars, des observateurs militaires en Ukraine : des visites similaires sont prévues en mai et dans les mois à venir. Dans le Cadre du Traite Ciel ouvert, des experts français ont pu survoler la frontière russo-ukrainienne à la fin du mois de mars.

Enfin, les observateurs électoraux de longue durée de l’OSCE sont également déjà en Ukraine, dont une dizaine de Français. L’observation électorale de l’élection présidentielle anticipée du 25 mai 2014 en Ukraine sera la plus grande mission de l’histoire de l’Organisation : elle regroupera au moment du scrutin un millier d’observateurs au total, dont de nombreux experts et parlementaires français.

Avec ses partenaires européens, la France condamne fermement l’annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol à la Fédération de Russie, contraire aux principes de la Charte de l’ONU et de l’Acte final d’Helsinki, et ne la reconnaîtra pas. La France condamne également la multiplication des incidents à l’Est de l’Ukraine. Elle appelle toutes les parties, en particulier la Russie, au dialogue et à la désescalade, et réitère son soutien à l’unité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues.

Dernière modification : 14/09/2015

Haut de page