La crise en Ukraine s’invite dans les travaux de la conférence asiatique 2014 de l’OSCE

Le 16 et 17 juin dernier, s’est tenue la conférence OSCE-Japon à Tokyo. Cette conférence annuelle depuis 2000 est l’occasion pour les 57 Etats participants de l’OSCE de rencontrer leurs partenaires asiatiques pour la coopération : Japon, Corée du Sud, Thaïlande, Afghanistan et Australie.

L’évènement organisé par le ministère des affaires étrangères japonais avait pour objectif de partager entre Etats participants et partenaires asiatiques pour la coopération leurs expériences pour créer « un monde plus sûr, interconnecté et juste ». Trois différentes sessions étaient prévues : la coopération entre l’OSCE et la région Asie-Pacifique sur la sécurité ; la sécurité mondiale de l’environnement notamment de la gestion de l’eau et de l’approvisionnement en énergie ; et l’importance du rôle à jouer pour les femmes sur la scène publique par la promotion de leurs droits.

Le ministère des affaires étrangères du Japon, Fumio Kishida a déclaré que le Japon contribuerait à la paix, la stabilité et la prospérité du monde main dans la main avec l’OSCE. Le secrétaire général de l’OSCE, Lamberto Zannier a évoqué les défis que connaissaient l’organisation cette année et leurs actions pour résoudre le conflit en Ukraine mais a souligné que le Japon par son appui politique et ses ressources financières et humaines apportés aux activités de l’OSCE notamment en Ukraine est devenue une force motrice du dialogue de l’OSCE avec ses partenaires asiatiques.

L’ancien secrétaire général de l’OSCE, Marc Perrin de Brichambaud est intervenu en marge de cette conférence sur la crise en Ukraine et les leçons que l’on peut en tirer pour améliorer le travail des institutions internationales. Il est revenu sur les évènements qui se sont déroulés en Ukraine depuis le mois de décembre dernier ainsi que sur les différentes tentatives de résolution du conflit par l’OSCE. Il en a conclu qu’un acteur indépendant proactif chargé de faire des propositions ainsi qu’un espace de discussion permanent était indispensable. Cependant, la référence à des principes ne peut jouer qu’un rôle de second plan dans ce genre de situations et la compétition entre les organisations internationales pour le règlement de la crise peut entraver le processus de règlement des crises.

PDF - 209.1 ko
Discours de M. Perrin de Brichambaut
(PDF - 209.1 ko)

Dernière modification : 27/06/2014

Haut de page