Lutte contre la traite des êtres humains

Organisé par l’Ambassade de France en Roumanie, en étroite coordination avec le conseiller technique régional français en charge de la lutte contre la traite des êtres humains en Europe du Sud-est auprès de la Représentation permanente de la France à l’OSCE et l’Agence nationale roumaine contre la traite des êtres humains, le séminaire qui se tenait les 8 et 9 Novembre derniers s’inscrivait dans le cadre du cycle de conférences sur la justice et les droits de l’Homme en Europe du sud-est, financé depuis plusieurs années par le Ministère Français des Affaires étrangères.

Tandis que le précédent séminaire régional qui s’était tenu à Zagreb en octobre 2011 portait sur l’identification des victimes de la traite, le séminaire de cette année s’attaquait à une question centrale en matière de lutte contre la traite, à savoir la question des liens existant entre migration et traite, dans un contexte où la hausse des migrations clandestines se combine à une vulnérabilité croissante des migrants au phénomène de la traite. Selon le rapport 2010 de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, les victimes de la traite des êtres humains sont à 80% d’origine étrangère et candidates à la migration. L’objectif du séminaire de Bucarest a été de chercher les moyens de renforcer l’action des pays participants en matière de lutte contre la traite, en centrant les travaux sur une dimension spécifique du problème, qui permettait d’aborder de façon intégrée la protection des victimes migrantes tout en réfléchissant aux moyens de mieux lutter contre les trafiquants.

L’excellente coopération qui existe aujourd’hui entre la France et la Roumanie a rendu possible le succès de cette rencontre qui fut l’occasion de réunir les coordinateurs nationaux de 16 pays d’Europe du Sud-Est, ainsi que des experts français, des représentants d’organisations internationales (OSCE, ONUDC, ICMPD), de l’Union européenne, du SELEC, et du monde associatif, plus de 90 personnes ayant participé en tout à ce séminaire

Cette rencontre a pris la forme de quatre tables rondes successives en format plénier, permettant de décliner, avec une cohérence d’ensemble, autant d’aspects inhérents à la problématique de la protection des victimes migrantes. Le Conseiller technique régional français, constatant la hausse inquiétante du phénomène de la traite des migrants, et le rôle essentiel des ONG en matière d’assistance aux victimes a fait état à l’issue de ces tables rondes de recommandations, constituant autant de pistes concrètes pour mieux lutter contre la traite des personnes migrantes. Celui-ci a notamment souligné la gravité des phénomènes d’abus de vulnérabilité des migrants dans un contexte de précarité ou de détresses sociales, et la vulnérabilité particulière des femmes et des enfants non accompagnés durant le trajet migratoire. Il a également appelé à un renforcement des mécanismes de coopération nationaux, régionaux, et internationaux.

Dernière modification : 16/11/2012

Haut de page