Projet d’intervention pour la réunion du groupe de travail informel sur le dialogue structuré (8/11)

Projet d’intervention pour la réunion du groupe de travail informel sur le dialogue structuré (Vienne, 8 novembre)

Nous accueillons très favorablement cet exercice de cartographie, qui vient en complément des discussions que nous avons déjà eu tout au long de cette année dans le cadre du groupe de travail informel. Nous remercions la présidence allemande pour cette initiative et pour le papier diffusé en amont de cette réunion, qui constitue une bonne base pour les discussions aujourd’hui.

Nous avons été parmi les délégations à proposer cet exercice de cartographie.

Nous croyons en effet qu’établir une cartographie des tendances existantes dans les postures militaires ainsi qu’une cartographie des exercices militaires déclarés ou ayant fait l’objet d’une information du Forum pour la coopération en matière de sécurité au cours des années passées remplirait plusieurs objectifs.

Cet exercice :

-  Permettrait de constituer une base factuelle commune pour des discussions ultérieures et permettrait une meilleure compréhension mutuelle ;
-  Pourrait s’avérer utile pour renforcer le dialogue ;
-  Permettrait d’exploiter les échanges d’information des Etats participants sur une variété de sujets ;
-  Compléterait avantageusement les discussions précédentes sur la perception de la menace ;
-  Participerait au renforcement des contacts entre militaires, comme discuté le 10 octobre dernier.

S’agissant de la méthodologie, sujet de cette première session de l’exercice : il s’agit d’un exercice sur le long terme. Nous n’épuiserons pas cette thématique en l’espace de deux jours.

Par ailleurs, nous sommes d’avis qu’il convient de commencer par les sujets qui font l’objet d’échanges d’informations entre Etats participants de l’OSCE. Il convient également de définir le champ géographique de cet exercice, à cet égard, la zone d’application du Document de Vienne fait pleinement sens. Il conviendra également de définir les paramètres d’un tel exercice. Il nous semble que si l’identification d’une méthodologie est essentielle avant de se lancer dans l’analyse, il n’en demeure pas moins que la flexibilité et l’adaptation au fur et à mesure de l’avancée de l’exercice doivent être des principes conducteurs de nos travaux.

Cet exercice contribue pleinement à la mise en œuvre du mandat de Hambourg. Nous encourageons les délégations à participer activement et de bonne foi à cet atelier, que nous jugeons prometteur, mais dont les résultats dépendront beaucoup de la participation des Etats participants.

Dernière modification : 08/11/2017

Haut de page