Quinzième session d’hiver de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE (25-26 février 2016)

Plus de 250 parlementaires représentants les 57 pays participants de l’OSCE (à l’exception du Vatican qui ne dispose pas de parlement) se réunissent à Vienne pour la session d’hiver de l’assemblée parlementaire du 25 au 26 février afin d’échanger notamment avec les hauts représentants de l’Organisation, dont le Secrétaire Général, M. Lamberto Zannier, mais aussi avec le Directeur du BIDDH, M. Michael Link et la Représentante pour la liberté des média, Mme Dunja Mijatovic.

La crise des migrants et des réfugiés sera le thème principal discuté cette année au travers des trois commissions : la commission générale de la démocratie, des droits de l’homme et des questions humanitaires, la commission générale des affaires politiques et de sécurité, et la commission générale des affaires économiques, de la science, de la technologie et de l’environnement.

La lutte contre le terrorisme dans l’espace OSCE et la crise en Ukraine seront également à l’ordre du jour. C’est Gernot Erle, représentant spécial de l’Allemagne pour la présidence allemande de l’OSCE en 2016, qui présentera le programme de la présidence allemande, « renouer le dialogue, reconstruire la confiance, restaurer la sécurité »

La délégation française sera conduite par M. Michel Voisin, député et président de la délégation française de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE et son vice-président, sénateur, Alain Néri

M. Jean Bizet
M. Pascal Allizard
M. Stéphane Demilly
M. Yves Pozzo di Borgo
M. Gaëtan Gorce
M. Guy Teissier
M. Michel Voisin Président de la délégation
M. Alain Néri, Vice-Président de la délégation
Réception des parlementaires à la Résidence de l'Ambassadeur de France à vienne

Jean BIZET s’exprime sur la crise migratoire

Jean BIZET, Sénateur de la Manche et Président de la Commission des Affaires européennes, est intervenu lors de la 15ème session de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE à Vienne le 25 février.

Au cours de cette réunion, le Président Bizet a souligné le risque induit par l’éventualité d’un retour des frontières intérieures de l’Union européenne en cas d’échec de Schengen. « Cette décision modifierait totalement le fonctionnement du Marché Unique et l’image de l’Union tant la libre circulation des biens et des personnes est un acquis essentiel de la construction européenne. Cette dérive aurait un coût annuel estimé à hauteur de 10 milliards d’euros pour la France… », a-t-il déclaré.

Jean Bizet a également invité l’Assemblée parlementaire de l’OSCE à adresser un message solennel aux instances communautaires pour :
- mettre en oeuvre rapidement le concept Frontex « renforcé » et rendre automatique l’intervention des gardes-frontières et gardes côtes près d’un État Membre défaillant dans sa mission d’assurer la sécurité des frontières extérieures de l’Union européenne ;
- investir dans les Pays Méditerranéens afin de fixer les populations et leur assurer un avenir professionnel dans leur propre pays. Cette politique dite de l’Union Pour la Méditerranée a été « pensée » il y a quelques années mais malheureusement non réellement mise en oeuvre à ce jour ;
- Pénaliser fortement les « passeurs » qui sont aujourd’hui clairement identifiés par les services de renseignement, lutter contre toute forme d’intolérance afin de respecter ces populations qui, dans le cadre de la Convention de Genève, ont certes des droits tout en leur rappelant qu’elles ont aussi des devoirs.(...)

Dernière modification : 14/04/2016

Haut de page