Réunion annuelle des experts de police. Vienne, 9-10 juin 2016

Les 9 et 10 juin 2016, l’OSCE a organisé à Vienne sa réunion annuelle des experts de police. L’organisation des services de police est un élément central pour élaborer et mettre en œuvre des cadres normatifs adaptés aux défis sécuritaires contemporains. Elle contribue activement au renforcement de l’Etat de droit et des capacités policières dans les Etats participants.

Les discussions ont porté sur les apports de la police scientifique et de l’analyse criminelle pour renforcer l’efficacité de la lutte des forces de police contre les activités criminelles transnationales, au regard des contraintes financières actuelles et de l’évolution des menaces. Ainsi, pour lutter contre la radicalisation et le recrutement des terroristes, certains Etats utilisent l’analyse du renseignement en lien avec la délinquance, pour développer un échange en temps réel et permettre une meilleure coordination des moyens des forces de l’ordre. A l’inverse, d’autres Etats commencent seulement à mettre en œuvre des bases de données centralisant le renseignement, mais l’analyse qui en est faite n’est encore que balbutiante et ne permet pas de lutter pleinement contre les réseaux criminels, qui grâce aux nouvelles technologies notamment ont acquis une capacité d’adaptation pour éviter de se faire arrêter.

Le lieutenant-colonel Brothier, adjoint du service central de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale française, a présenté la démarche novatrice de la Gendarmerie nationale. Celle-ci met en effet en place des unités centralisées regroupant des analystes criminels et des experts de police scientifique pour fournir aux unités de terrain une réponse à leurs sollicitations dans des délais très courts et apporter aux décideurs politiques une analyse des évolutions légales et des modifications d’organisation à envisager pour renforcer la sécurité des citoyens.

Cette conférence a permis de mettre en évidence les approches multiples qui existent dans l’organisation des services de police. Le besoin pour les forces de l’ordre d’adopter une démarche d’anticipation et non plus de réaction face aux actions criminelles a été souligné. De même, les participants ont jugé nécessaire d’orienter les investigations policières vers les nouvelles formes de délinquance (par exemple la criminalité en lien avec les usages frauduleux de l’internet) en développant des mesures préventives, comme le font les services de police en matière de cybercriminalité. »

JPEG - 19.7 ko
Lieutenant-colonel Brothier, adjoint du service central de recherches criminelles de la Gendarmerie nationale française

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page