Réunion conjointe du FSC et du PC sur le Dialogue structuré

Intervention de Véronique Roger-Lacan,
Ambassadrice, Représentante permanente de la France auprès de l’OSCE
à la 74ème réunion conjointe du FSC et du PC sur le Dialogue structuré, le 29 mai 2019

Monsieur le Président,

Excellences, chers collègues,

La France soutient pleinement les déclarations de l’Union européenne et remercie chaleureusement la présidence néerlandaise pour son excellent travail. Nous souhaiterions néanmoins ajouter quelques éléments à titre national.

Le Dialogue structuré est une remarquable opportunité pour parler de manière franche, ouverte et constructive sur des sujets complexes, opportunité que nous devons saisir. Il tient à tous les Etats participants de s’engager activement dans ce format de discussion et de faire siens chacun des principes de l’Acte final d’Helsinki, réaffirmés à Hambourg en 2016. Il est en effet dans l’intérêt de tous de coopérer plus intensément pour la stabilité et la sécurité dans l’espace OSCE. Soyons conscients de la valeur des instruments que nous avons développés jusqu’alors. Aussi, soyons conscients du travail qu’il reste à mener pour préserver cette fragile mais indispensable architecture de sécurité en Europe.

La France ne se résigne pas à accepter l’inévitable et refuse de se préparer uniquement au pire des scénarios. Saisissons-nous au contraire des questions relatives à la réduction des risques, la prévention renforcée des incidents, la maîtrise accrue des armements conventionnels ainsi qu’à une meilleure compréhension des doctrines. Comment optimiser les instruments à notre disposition, quels nouveaux outils mettre en place pour accroître le niveau de transparence en Europe et éviter à tout prix le risque d’escalade ? Cette question doit guider nos travaux.

La modernisation substantielle du Document de Vienne est notre priorité. La poursuite de nos échanges dans le cadre de ce dialogue sur d’autres outils, ne peut que servir cette priorité, tout en la complétant. Dans cette perspective, nous nous félicitons des nombreuses idées concrètes que la dernière réunion du groupe informel sur le Dialogue structuré a fait émerger. Il nous faut maintenant débattre de ces propositions au regard de leur valeur-ajoutée et de leur faisabilité. Comme indiqué par Mikaël GRIFFON, sous-directeur pour le contrôle des armements et de l’OSCE, qui nous a honorés de sa présence en ouvrant la première session du DS, il nous faut faire preuve de réalisme, de créativité pragmatique et de persévérance dans le maintien du dialogue.

La collecte de bonnes pratiques sur la réduction des risques et la prévention des incidents nous semble être tout à fait intéressante, tout comme l’idée d’un modèle de présentation pour les briefings volontaires et le développement de procédures de communication de routine entre les chefs militaires dont les unités se trouvent proches de frontières internationales. Par ailleurs, l’échange d’information est un facteur important de transparence, son optimisation pourrait être étudiée également.

D’autres propositions méritent naturellement d’être débattues. Il nous semblerait très utile de s’engager dans cet exercice qui peut répondre à des inquiétudes concrètes de certains, sans pour autant nuire à aucun Etat participant.

Merci de votre attention.

Dernière modification : 29/05/2019

Haut de page